Objets les plus proches


Où le trouver ?

  • Sol
    "Dave Van Ronk Street"
    Sheridan Square NY 10014 New York


Aller simple

de Carlos Salem


ISBN10:
2742793135 
ISBN13:
9782742793136 
Editeur:
Actes Sud 
Format:
Poche 
Nombre pages:
300 
Date publication:
2010-01-01 
Langue:
Français 
Langue VO:
Espagnol; castillan 
Titre VO:
Camimo de ida 
Traducteurs:
Danielle Schramm 


Quatrième de couverture :

Lorsque Dorita, la tyrannique femme d'Octavio, succombe dans un hôtel marocain où le couple passait des vacances, c'est pour lui un mélange de panique et de soulagement. Il est débarrassé de sa harpie, mais ne va-t-on pas l'accuser de meurtre ? Tandis qu'il se pose ces questions en éclusant des vodkas, Soldati, un Argentin chanteur de tango amateur, vendeur de glaces dans le désert et escroc à ses heures, déboule dans sa vie. Ensemble, ils croiseront la réincarnation de Carlos Gardel bien décidé à éliminer Julio Iglesias qui ose interpréter ses tangos, mais aussi une équipe de cinéma qui a perdu le nord, un réalisateur qui tourne un film sans pellicule, une bande de tueurs boliviens, un prix Nobel qui n'a jamais écrit un seul livre, des hippies figés dans le temps et des footballeurs planants... Octavio, brave type introverti, flanqué de ses étranges compagnons, va se révéler un autre homme... Aller simple est un roman initiatique délirant, une épopée hilarante et émouvante ponctuée de rebondissements saugrenus et de dialogues à la Monty Python. Un chef-d'oeuvre d'humour et de dérision. 


Ajouter cet objet à mon wok







Commentaires

Commentaire de Laureline, Mother Wok

Les dix premières lignes : Dorita mourut pendant sa sieste, pour achever de me gâcher mes vacances. J'en étais sûr. J'avais passé vingt ans de nos vingt-deux années de mariage à lui inventer des morts fantasmatiques. Et quand enfin cela arriva, ce ne fut aucune de celles que j'avais imaginées. Mettant de côté les attentats les plus divers, les poisons et les piranhas dans la baignoire, qui étaient surtout des exercices innocents de réconfort, j'avais toujours su qu'elle mourrait avant moi et dans un lit. Mais je ne pensais pas que ce serait comme cela, dans une ville inconnue, dans un hôtel qui mentait au moins sur une étoile, et de façon si soudaine (…)


Commentaire de Renaud, Mother Wok

Tous au désert....